05 août 2016

Non, les personnes autistes ne disposent pas d'un système de neurones miroirs "cassé" - nouvelle preuve

Traduction: G.M.

No, autistic people do not have a "broken" mirror neuron system – new evidence

By guest blogger Helge Hasselmann
Scientists are still struggling to understand the causes of autism. A difficulty bonding with others represents one of the core symptoms and has been the focus of several theories that try and explain exactly why these deficits come about.
Les scientifiques ont encore du mal à comprendre les causes de l'autisme. Une difficulté de contact avec autrui représente l'un des principaux symptômes et a été l'objet de plusieurs théories qui tentent et expliquent exactement pourquoi ces déficits viennent à propos.
One of the more prominent examples, the “broken mirror hypothesis”, suggests that an impaired development of the mirror neuron system (MNS) is to blame. First observed in monkeys, mirror neurons are more active when you perform a certain action and when you see someone else engage in the same behavior – for example, when you smile or when you see someone else smile.
Un des exemples les plus importants, l'"hypothèse du miroir cassé", suggère qu'une altération du développement du système des neurones miroirs (MNS) est en cause. Tout d'abord observé chez les singes, les neurones miroirs sont plus actifs lorsque vous effectuez une action et quand vous voyez quelqu'un d'autre s'engager dans le même comportement - par exemple, quand vous souriez ou quand vous voyez quelqu'un d'autre sourire.
This “mirroring” has been hypothesised to help us understand what others are feeling by sharing their emotional states, although this is disputed. Another behaviour that is thought to depend on an intact mirror neuron system is facial mimicry – the way that people spontaneously and unconsciously mimic the emotional facial expressions of others.
Cette «mise en miroir» a été émise pour nous aider à comprendre ce que les autres ressentent en partageant leurs états émotionnels, bien que cela soit contesté. Un autre comportement dont on pense qu'il dépend d'un système de neurones miroirs intact est la mimique faciale - la façon dont les gens spontanément et inconsciemment imitent les expressions faciales émotionnelles des autres.
Interestingly, studies have shown that people with autism do not spontaneously mimic others’ facial expressions, which could explain why they often struggle to “read” people’s emotions or have trouble interacting socially. Some experts have claimed these findings lend support to “broken” mirroring in autism, but this has remained controversial. Now a study in Autism Research has used a new way to measure facial mimicry and the results cast fresh doubt on the idea that autism is somehow caused by a broken mirror neuron system.
Fait intéressant, des études ont montré que les personnes présentant de l'autisme n'imitent pas spontanément les expressions faciales des autres, ce qui pourrait expliquer pourquoi elles ont souvent du mal à «lire» les émotions des gens ou ont du mal à interagir socialement. Certains experts ont affirmé ces résultats corroborent le miroir "cassé" dans l'autisme, mais cela est resté controversé. Aujourd'hui, une étude dans Autism Research a utilisé une nouvelle façon de mesurer les mimiques faciales et les résultats mettent en doute l'idée selon laquelle l'autisme est en quelque sorte causé par un système de neurones miroir brisé. 
Martin Schulte-Rüther and his colleagues made use of a well-studied psychological phenomenon: that performing certain movements (e.g. lifting the right finger) is more difficult when we see another person perform a similar (but not the same) movement (e.g. lifting the middle finger). This could be explained by us automatically mirroring the movements of the other person, which then interferes with our own action. Something similar happens with facial expressions, too: Seeing someone smile makes frowning more difficult for us. Because this relies on an intact mirror neuron system, the authors hypothesised that, if this system is perturbed in autism, then people on the spectrum will not experience interference by others' facial expressions.
Martin Schulte-Rüther et ses collègues ont utilisé un phénomène psychologique bien étudié: l'exécution de certains mouvements (par exemple, soulever le doigt à droite) est plus difficile quand on voit une autre personne effectue un mouvement similaire (mais pas le même) (par exemple en soulevant le majeur). Ceci pourrait être expliqué par le fait que la mise en miroir automatique des mouvements de l'autre personne, ce qui interfère alors avec notre propre action. Quelque chose de semblable se produit avec des expressions faciales, aussi: voir quelqu'un rend le froncement de sourcils plus difficile pour nous. Parce que cela repose sur un système de neurones miroirs intact, les auteurs ont émis l'hypothèse que, si ce système est perturbé dans l'autisme, alors les gens sur le spectre ne connaîtront pas l'interférence par les expressions faciales des autres. 
The researchers asked 18 boys/teenagers with autism (average age 16 years) and 18 neurotypical age-matched male controls to smile or frown depending on the color of a dot that appeared superimposed on the picture of a smiling, frowning or neutral face. Participants were instructed to focus on the dot color rather than the faces, but actually part of the idea of this design was that the location of the dots meant the faces were impossible to ignore – this was to counteract the possibility that participants with autism would simply be less inclined than normal to look at facial or social stimuli.
Les chercheurs ont demandé à 18 garçons/adolescents avec autisme (âge moyen 16 ans) et 18 témoins neurotypiques de sexe masculin appariés selon l'âge de sourire ou de froncer les sourcils en fonction de la couleur d'un point qui semblait superposé sur l'image d'un visage souriant, fronçant les sourcils ou neutre. Les participants ont été invités à se concentrer sur la couleur des points plutôt que sur les visages, mais en fait une partie de l'idée de cette conception est que l'emplacement des points signifiait que les visages étaient impossibles à ignorer - cela pour contrecarrer la possibilité que les participants présentant de l'autisme seraient tout simplement moins enclins que la normale à regarder les stimuli faciaux ou sociaux. 
To check if any observed deficits were specific to emotional stimuli, the participants also completed a similar task with dots superimposed on non-facial stimuli devoid of emotion, such as a diamond. For all stimuli types, the researchers assessed whether and how fast participants performed the appropriate emotional expressions by recording their facial muscle activity with a technique called electromyography.
Pour vérifier si les déficits observés étaient spécifiques aux stimuli émotionnels, les participants ont également rempli une tâche similaire avec des points superposés sur des stimuli non-visage dépourvus d'émotion, comme un diamant. Pour tous les types de stimuli, les chercheurs ont évalué si et comment les participants accomplissaient les expressions émotionnelles appropriées en enregistrant l'activité musculaire de leur visage avec une technique appelée électromyographie. 
Across both tasks, control participants and those with autism performed faster and with fewer errors where the required action was congruent with the emotional expression of the superimposed face – in other words, automatic facial mimicry was intact in autism. Interestingly, controls with higher self-rated empathy showed faster smiling in congruent conditions whereas individuals with autism showed no correlation between automatic facial mimicry and empathy.
À travers les deux tâches, les participants de contrôle et ceux avec autisme effectuaient plus rapidement et avec moins d'erreurs lorsque l'action requise était en rapport avec l'expression émotionnelle du visage superposé - en d'autres termes, la mimique faciale automatique était intacte dans l'autisme. Fait intéressant, les personnes du groupe contrôle avec une plus grande auto-évaluation de l'empathie  ont montré un sourire plus rapide dans des conditions congruentes alors que les personnes présentant de l'autisme n'ont montré aucune corrélation entre mimique faciale automatique et empathie.

What does this mean for understanding autistic spectrum conditions?
Qu'est-ce que cela signifie pour la compréhension de troubles du spectre de l'autisme ?

These results do not support the broken mirror hypothesis because they show that involuntary, spontaneous facial mimicry – which supposedly depends on the mirror neuron system – is intact in individuals with autism. This is an exciting result because it contrasts with previous investigations and indicates that while people with autism struggle to understand others this is not attributable to “broken mirrors”.
Ces résultats ne confirment pas l'hypothèse de miroir brisé car ils montrent que la mimique faciale spontanée,
involontaire - qui dépend prétendument sur le système de neurones miroirs - est intacte chez les personnes autistes. Ce résultat est intéressant, car il contraste avec les enquêtes précédentes et indique que, bien que les personnes présentant de l'autisme luttent pour comprendre les autres, cela n'est pas imputable à des «miroirs brisés». 
In line with a functional mirror neuron system, autism-related deficits in social interactions/bonding might instead be the consequence of reduced social motivation. For example, perhaps individuals with autism mimic the facial expression of others less not because they lack the capacity to do so, but because they are less motivated to bond socially or because social stimuli are not as salient or rewarding to them. On a positive note, since the mirror neuron system seems to be intact in autism, future studies could zoom in on how to make use of this fact for developing possible therapies. En phase avec un système de neurones miroirs fonctionnels, les déficits liés à l'autisme dans les interactions sociales/contact pourraient plutôt être la conséquence d'une motivation sociale réduite. Par exemple, peut-être des personnes autistes imitent moins l'expression faciale des autres non pas parce qu'elles manquent de capacité pour le faire, mais parce qu'elles sont moins motivées à se lier socialement ou parce que des stimuli sociaux ne sont pas aussi importants ou enrichissants pour eux. Fait positif, puisque le système de neurones miroirs semble être intact dans l'autisme, les futures études  pourraient se focaliser sur la façon de faire usage de ce fait pour le développement de thérapies possibles.
_________________________________
ResearchBlogging.org

Schulte-Rüther, M., Otte, E., Adigüzel, K., Firk, C., Herpertz-Dahlmann, B., Koch, I., & Konrad, K. (2016). Intact mirror mechanisms for automatic facial emotions in children and adolescents with autism spectrum disorder Autism Research 

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Une étude proche en 2011 :
http://forum.asperansa.org/viewtopic.php?p=52787#p52787

Jea